Duo


L'odeur de la marée pare ton corps salé
Les embruns épicés fouettent ta peau brûlée
La tête redressée, tu contemples le monde
Sur tes pieds de colosse, tu es beau et sauvage
Tes yeux bruns, éclairés, se plissent
Et me regardent
Ils cherchent un chemin vers la vie qui me tient
Et j'incline mon corps, vers la mer qui attend
Je t'échappe à nouveau et je fuis vers le temps
Tout est là, incertain tout autour de la vie
Tout est là et retient le moment du présent
Je flotte sur les ondes,
Comme une écharpe au vent
Ma volonté s'étiole, et mon âme m'inonde
Rester ainsi longtemps à te voir te débattre
Dans le monde vivant où tu as fait tes marques
Alors que dans mon être l'incertain, le peut-être
Rythment mes jours, règnent en maîtres.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire