5 au 13 juin 2009

 

Toronto

J'avais entendu pas mal de choses de Toronto, mais je que j'en ai vu a fait changer ma vision des choses. Toronto peut au premier abord sembler peu accuiellante, les gens sont méfiants, et je pense que c'est lié à la multiplicité des cultures issues de l'immigration. Les gens vous regardent avec un regard froid ou vide, vous ne les intéressez absolument pas. Puis vous commencez à poser des questions, demander des renseignements et là les regards s'allument et on se plie en quatre pour vous aider, les gens deviennent curieux et s'intéressent à ce que vous faites et ils sont inquiets de savoir si vous aimez leur pays et comment vous vous y sentez.

Je suis d'un naturel franc, donc je dis ce que je ressens. Je leur ai donc dit, à tous ceux que j'ai rencontrés, que l'accueil est plutôt froid et l'indifférence générale prime. Ils ne sont pas surpris et hochent la tête et tentent de vous démontrer à quel point ils peuvent être sympathiques. Et c'est plutôt réussi car ces canadiens anglophones sont d'une grande gentillesse un fois qu'ils vous ont situé. Et ils ont aussi beaucoup d'humour, en général les échanges se terminent par des grands éclats de rire.

Toronto est une ville où l'on croise le monde entier, c'est plutôt agréable. Par contre j'ai l'impression que malgré les développements progressistes de la ville et son aspect cosmopolite, les femmes sont assez négligées, le machisme ambiant est sensible. Les hommes sont charmants avec vous mais ils regardent les femmes avec un peu de mépris. Je me prends à imaginer que cela vient de l'importance de populations issues de l'Orient et du Moyen Orient mais aussi d'Asie, sans compter les populations originaires d'Afrique.

Dans ces régions la femme est infantilisée, c'est un peu ce que je perçois ici. Donc si l'évolution des mentalités est elle même fortement impactée par l'immigration alors je comprends que les canadiens aient cette réaction assez froide envers tout ce qui est étranger.

Dans ma vision personnelle des choses, les populations venues de ces pays où les libertés sont tellement bafouées devraient intégrer l'ouverture et la culture des pays dans lesquels ils arrivent. Ce n'est pas le cas. La culture européenne est plus faible et se fait complètement fagociter par ces cultures habituées à la contrainte et à la soumission.

J'avoue que cela m'interpelle. Les USA sont un pays où le machisme est très fort mais la femme a vraiment sa place. Au Canada je n'ai pas l'impression que toutes les femmes aient vraiment une place. Peut-être que ma vision des choses changera au fil de mon voyage dans ce pays, j'espère que je me trompe.

Cela dit la ville a un charme fou, au delà de ces banlieues très impersonnelles, le centre est bâti de grands buildings rutilants, très hauts et où l'architecture volontairement futuriste intègre la diversité des formes, des couleurs et joue avec la lumière. Ça et là les vieilles constructions en briques rouges ou brunes persistent et la plupart sont transformées en musées ou recyclées en bureaux.

Queen Street est la rue qui regroupe toutes sortes de restaurants:des gastronomies issues du monde entier, de la bicoque au restaurant huppé, on trouve de tout et pour tous les goûts dans cette grande avenue qui traverse la ville. C'est l'endroit branché où l'on rencontre les touristes, et les jeunes. Des multiples endroits proposent des concerts de jazz ou de rock , toutes sortes de spectacles à partir de 18H30.

La cité gay a établi ses quartiers sur Church Street, adjacente à Queen ST, tout cet espace est animé et très agréable à visiter.

Le lac Ontario est omniprésent, C'est une grande masse liquide longée par des parcs, des marinas et le port. Sur Lake Shore, la plage du lac, des sites de volley ball sont aménagés, et en fin d'après midi l'endroit est très fréquenté par les jeunes venus s'affronter dans des matches improvisés. Les cyclistes en balade envahissent les chemins, et les promeneurs affluent. C'est un endroit très vivant et particulièrement agréable pour se promener.

Autour et dans le centre, on trouve des quartiers d'habitations, des maisons dans le style américain avec le petit jardin devant, et j'ai vu le même style qu'à Denver, et même certaines bâtissent dans le style de San Francisco. Il y a des églises partout parfois trois ou quatrre congrégations différentes dans le même pâté de maisons. La spiritualité est présente partout.

Et ce que j'ai retrouvé comme dans toutes les cités où je suis allée, de bons pubs irlandais avec une bière extra et de la musique qui vous donne envie de bouger.

Par contre en rentrant au Motel, je me suis arrêtée dans un petit restaurant jamaïcain où nous avons pris des plats à emporter et là on s'est littéralement régalés.

Seul bémol à mon plaisir : les automobilistes, ils sont pressés, stressés et désagréables, on vous ouspille, on vous presse, on vous klaxonne, et aucune considération si vous êtes hésitants parce que touriste. C'est la première ville ou j'ai trouvé la circulation vraiment dangereuse. Et pourtant j'ai traversé des grandes villes des USA où la circulation était autrement plus dense.

En dehors de cela, j'aime bien cette ville de Toronto, à part certains états d'esprits machos, qui me choquent mais que j'ignore, l'endroit est très intéressant et surprenant à visiter. La ville de Toronto se laisse découvrir simplement et lentement. Il faut juste laisser aux habitants le temps de vous apprécier.

 

 
  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire