Le chemin du bonheur

Le chemin du bonheur

Le chemin du bonheur 

Selon mon expérience personnelle, pour vivre heureux  nous avons besoin de trouver un équilibre parfait.
Il est vrai qu’en fonction de notre fond intérieur, chacun trouve sa source de satisfaction. Nous sommes tous différents et uniques. Il nous est donc difficile d’apprécier les raisons qui poussent nos congénères à pratiquer des activités qui nous sont étrangères.
La  « société » à travers les médias, nous uniformise. Nous le savons bien. Nous sommes influencés par ce que nous voyons, par les émotions et les sensations qui nous traversent quand nous assistons à des spectacles qui réunissent des personnes qui, autrement, ne se croiseraient peut-être jamais ou quand nous expérimentons a travers les autres, quand nous découvrons des contrées, des peuples, des cultures dont nous ignorions l’existence ou bien que nous ne comprenions pas.
 Nous sommes bouleversés quand un cataclysme naturel ou provoqué survient, et  blesse ou détruit une partie d’entre nous, même si nous ne connaissons pas les victimes.
L’effet de  « l’humain » sur nous a un côté magique. Que ce soit une « hola » dans un stade, une prière publique qui réunit des milliers de gens, un rassemblement pour honorer la mémoire de gens connus ou inconnus, c’est au « croisement des êtres » que nous réalisons l’intérêt et la valeur de notre propre humanité. 
Nous avons tous besoin de la société humaine.
Cela dit la société est composée de gens différents, ayant des aspirations souvent contradictoires, des vécus  particuliers  qui, même s’ils se ressemblent, ne sont jamais ressentis de la même façon. Donc cette société est complexe, aussi complexe que l’est un individu.
C’est pourquoi il faut toujours observer avec attention tout ce qui se passe autour de nous et ne jamais s’arrêter à une vision superficielle qui mène à des déductions faciles mais souvent erronées .
La société humaine reste un mystère.  Nous  avons créé des règles, en fonction de nos analyses, pour apprendre à gérer tout ce qui nous dépasse. Mais  ce faisant  nous avons abandonné une partie de nous-mêmes. Nous avons sacrifié notre créativité, notre intelligence, notre sensibilité au profit d’un code de conduite rassurant pour tous.
C’est la cause principale de tous les débordements, les agressivités, les méfaits en tous genres.
Il est connu que la mise en place de limites incite l’homme à franchir celles-ci par tous les moyens. Alors que guider et orienter les énergies de façon à les canaliser dans un un but constructif change complètement les options et les conséquences.
Le problème  c’est  que cela demande un investissement humain important, ce n’est certes pas rentable, à défaut d’être efficace.
Trouver une voie heureuse, dans la complexité ambiante est possible. J’ai observé et analysé le monde toute ma vie,  commettant les mêmes erreurs que les autres. Et pourtant si je pouvais  recommencer et faire de nouveaux choix, forte de mon expérience et de mes connaissances, 
Je m’orienterais vers l’éducation, ou la rééducation des adolescents, ou des adultes en difficulté.
Je vois tellement de gens qui fuient, de toutes les façons possibles leur propre existence...
Il est possible d’apprendre à être heureux. Il suffit d’en avoir vraiment envie.
Je disais en forme d’introduction qu’il suffit de trouver un équilibre.
Savoir que tout est possible, que tout événement a une source, un développement et une fin, savoir que chacun décide et choisit son chemin, et a l’opportunité d’en changer au besoin.
Savoir que rien n’est éternel ou définitif, même pas la mort.
Savoir que nous créons tout ce qui nous entoure et nous conditionnons le fonctionnement de notre existence.
Nous nous en remettons souvent à des chimères, religions ou croyances diverses, nous transférons notre pouvoir à des « êtres supérieurs », des illusions , des rêves, , ...alors que tout part de nous, de notre être, de notre  esprit, de notre énergie combinée aux énergies du monde auquel nous appartenons, à l’Humanité,  au monde vivant animal, végétal, minéral, à notre  à notre planète, à notre univers.
Cela n’est pas une chimère, il est autour de nous et en nous.
Trouver un équilibre c’est admettre que tout a une raison d’être, même les imperfections et les défauts, même nos erreurs. C’est vivre simplement en acceptant que tout est la partie d’un processus auquel nous participons.
Chacun de nous a un rôle à jouer, comme le musicien dans un orchestre, chacun a sa partition. Et nous avons un impact décisif sur tout ce qui existe autour de nous. Et quand chacun a trouvé sa place et son  chemin, tout se met en place pour participer à son bonheur.

08 août 2018

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire