Paul Auster

Que pensez-vous de :


Paul Auster


C'est un écrivain américain qui m'a séduite il y a des années, quand je suis tombée sur « La Cité de verre », premier tome de la « Trilogie New Yorkaise », j'avais alors lu aussi « Lulu on the bridge » et  « Le voyage d'Anna Blume » . Et j'ai renoué avec lui dernièrement, avec « La nuit de l'oracle », et « Disparitions » un recueil de poésies.
Ce qui me passionne dans un livre c'est bien entendu l'histoire, mais surtout comment on la raconte, je recherche dans la lecture du livre un départ en voyage, sans escale, jusqu'à la fin de l'ouvrage. Paul Auster m'emporte dans ces histoires, et souvent dans des imbroglios impossibles, dans des histoires « gigognes ». Et je n'arrive pas à me décoller de ces personnages si humains, avec des vies souvent ordinaires et qui soudain deviennent des éléments incontournables d'une histoire rocambolesque par l'absurdité de la situation qu'ils ont eux-mêmes provoquée.
Paul Auster est l écrivain des âmes déchirées.

 

 

 

 

 

Qui est Paul Auster

 

Paul Auster, écrivain américain est né le 3 février 1947, à Newark, diplômé de Columbia Univesity . Il maîtrise le français car il a vécu en France pendant  quatre ans, de 197O à 1974, où il a publié des articles de critique littéraire,  et de la poésie. Il vit difficilement en faisant des traductions, de Sartre, Mallarmé, Blanchot,  du Bouchet.  La vie est si difficile qu’il publie un policier sous le pseudonyme de Paul Benjamin (Fausse balle). Il va vivre des années de galères.  Deux évènements  dans sa vie le conduiront  à réaliser son ambition d’écrire des romans : la mort tragique de son père qui va le blesser  profondément  et agira comme un détonateur littéraire, mais qui lui donnera les moyens financiers pour se consacrer à son roman, et un spectacle de danse qui va lui inspirer une œuvre courte en prose « White spaces » en 1980.

Sa carrière littéraire commence vraiment aux Etats Unis avec la publication de son anthologie de la poésie française moderne « The random House book of Twentieth  Century French Poetry », d’un recueil d’essais « l’Art de la faim »  (The art of hunger) , et de « L’invention de la solitude » , puis suit  « la Trilogie New yorkaise » composée de « la Cité de verre », « Revenants » et « La chambre dérobée » c’est une œuvre très forte, brillante, dans laquelle il arrive à combiner plusieurs  influences littéraires  de Kafka, Beckett , "Don Quichotte". C’est un jeu de miroirs où l’auteur lui-même se met en scène. Il utilise le style du roman policier, mais son œuvre va bien au-delà.

 Paul Auster, l’écrivain  vit  et nous emmène dans l’univers New yorkais,  plus exactement à Brooklyn,  dans le Brooklyn pauvre des années  70, dans ses interrogations sur l’identité américaine, les délires mortels de ses personnages principaux, des situations en trompe l’œil, il met à nu tous les sujets , il oscille entre parole et écriture, se décomplexe au sujet de l’argent,  il explore les  étrangetés de conduite des couples et surtout des femmes. Il analyse la société. Il dissèque l’âme.  Il y a chez Paul Auster une noirceur  de la quelle  s’élève une musique mystique. Il joue avec la tragédie du hasard et du destin

« Paul Auster est un narrateur qui renoue avec le roman d’aventures, et le roman d’initiation…qui construit des récits sur l’espionnage de l’âme et la tragédie de l’homme baroque perdu dans un monde dont il n’est plus le centre. » Gérard de Cortanze 

(A suivre les synopsis des romans )

 

La Trilogie New-Yorkaise

 

 

Cité de Verre ( 1er volet)

"Un auteur de série noire, Quinn est réveillé au milieu de la nuit, par un coup de téléphone qui ne lui était pas destiné : on demande un détective, un certain Paul Auster... Quinn qui mène une vie errante, lestée d'un passé problématique, accepte le jeu consistant à être Paul Auster. Et le voilà lancé dans une aventure plus extravagante que toutes celles qu'il pourrait imaginer. A la faveur de cette première faille de l'identité, le roman policier bifurque, et ce sont à la fois Kafka et Hitchcock que l'écrivain de " L'invention de la solitude convoque dans les détours de sa cité de verre..."

Revenants (2ème volet)

"Le deuxième volet de la "Trilogie New yorkaise" met en scène, dans le décor qui était celui de la Cité de Verre, trois protagonistes nommés Noir, Blanc et Bleu. Deux d'entre eux sont des détectives privés. Mais tout en nous entraînant dans un suspense qui ne le cède en rien à celui des meilleurs thrillers, le romancier nous donne aussi à sentir la précarité de l'identité et fait jouer devant nous, dans un crescendo tragique, les plus pervers effets de miroir du destin. Roman policier, roman métaphysique Paul Auster joue des deux registres avec une maetria qui justifie sa place - au tout premier rang- de la jeune littérature américaine." (1987)

La chambre dérobée (3ème volet)

"En disparissant de New York, Fanshawe laisse derrière lui une femme, Sophie,  un fils, Ben et une série de manuscrits dont il a confié le destin à un ami, le narrateur. Voilà en place les pièces d'un échiquier où règne en maître l'auteur de la Trilogie New yorkaise, romancier du mystère,de l'identité,  de la dépossession. Car le narrateur ne va pas seulement conduire les manuscrits à l'édition et au succès : il va aussi épouser Sophie et adopter Ben. Une Nouvelle fois, Paul Auster nous emmène dans le labyrinthe faussement transparent de la "cité de verre". Royaume de l'ambiguïté et d'une quête du moi toujours précaire.

La lecture de la Trilogie New Yorkaise n'est pas une lecture facile, elle est déroutante. Il règne dans cette littérature une atmosphère prenante  qui vient du traitement des thèmes de l'identité, la recherche de son moi profond, la dépossession, le destin, l'abandon. L'amour et l'amitié y sont toujours présents.

Du point de vue technique, les histoires ne se déroulent pas, elles s'enchevêtrent, se croisent, parfois se superposent. Ce qui oblige à rentrer totalement dans l'histoire. On ne survole pas ces oeuvres, elles nous pénètrent.  Il y a une continuité dans toute l'oeuvre austérienne, comme si l'auteur était en perpetuelle quête de lui-même.

Paul Auster est édité chez ACTES SUD.

On trouve maintenant pratiquement tout aussi en livre de poche.

  • 1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Commentaires

  • energy-painting
    Bonjour,
    Bravo pour l'idée de ce partage, serait-il possible d'ajouter un résumé de ce que l'auteur à écrit des livres qui sont mentionnés de façon à faire davantage connaissance avec l'écrivain
    Merci
    Véronique et Fabienne
  • energy-painting
    Merci pour ton partage, je suis admirative par ta facilité à nous communiquer ce que tu aimes.
    Amitié
    V&F

Ajouter un commentaire